Pac

lundi 28/08/2017

A la veille de la pose de mon PAC (Port-à-Cath ou chambre implantable, cathéter de voie centrale qui se présente sous la forme d'un petit boîtier qui sera mis sous la peau et relié à un cathéter placé dans une veine (jugulaire ou sous clavière) rejoignant la veine cave supérieure), je suis dans un état de stress incroyable. Je ne dors pas depuis plusieurs nuits, je suis claquée.

Mardi 29/08/2017

Voilà, le "grand jour" est arrivé ! Je n'arrive pas à prendre de petit dej, rien ne passe tant je suis inquiète. Ma petite Mam' vient me tenir compagnie le midi et déjeuner avec moi. Je me force à manger (parce que je sais que dès le stress passé je vais avoir faim !). A 14h je suis en chirurgie ambulatoire au 5ème étage de Bergonié. J'y retrouve une femme atteinte elle aussi d'un cancer du sein et son mari, croisés quelques jours auparavant sur le parking en attendant nos VSL et avec qui j'avais discuté. La dame, stressée, démoralisée était touchante. J'ai essayé de lui remonter le moral mais pas facile ! Nous voilà tous les trois en attente de nos chambres. Cette fois, nous avons pu vraiment échanger, rire, regarder sur internet les jolies prothèses capillaires. Elle entre en chambre avant moi et je la vois partir pour le bloc. 

Mon tour arrive quelques temps après. Je revêts moi aussi blouse, pantalon, charlotte et surchaussures de bloc. Le brancardier qui m' amène jusqu' à la salle de torture... enfin la salle d' op' quoi ! est sympa. D'ailleurs, je le répète, tout le personnel de cet institut est sympa, chaleureux. Je suis accueilie par un infirmier (je suppose) très sympa qui m' explique le déroulement de l'intervention. Mon coeur bat fort (non ce n'est pas pour l'infirmier), j' ai la bouche sèche (une bière, Tavernier !), je stresse (noooon... tu crois ?) Me voici maintenant allongée sur la table, on s' affaire autour de moi, on rit, on discute. J' entends sans la voir la chirurgienne qui va m' implanter mon PAC. Pendant toute l'intervention, sous anesthésie locale (même pas mal !) on parle photos, j'apprends que nous sommes pratiquement voisines, on blague. Elle est sympathique, je me détends (façon de parler quand je sens dans ma poitrine qu'un truc est en train de se balader). Voilà, c'est fini (déjà ?!). Je laisse mes coordonnées de photographe à ma chirurgienne. Après un contrôle radiographique de la bonne mise en place de mon PAC, je retourne en chambre, me rhabille, attend le feu vert de l'infirmière pour repartir. Le chauffeur de mon VSL est un homme charmant et très amusant. C'est la deuxième fois que nous nous voyons. J'adore tous ces petits moments d' échanges avec des personnes compétentes, gentilles, drôles, compréhensives. Si ce n'est que Laly Corne m' em... tout ce que je vis à côté à cause d' elle est, malgré les circonstances, enrichissant. Je rencontre tellement de positivité et de joie de vivre ! Il n'y a pas de tristes mines, de gueules d' enterrement, de propos pessimistes qui me rappellent que si je vis tout ça, c'est parce que j'ai un putain de cancer... 

jeudi 31/08/2017

Tout va bien. Je ne sens pratiquement pas mon PAC, je n'ai pas trop d' hématome, un léger oedème sur la zone opérée. Demain, nouvelle chimio. Taxol et anticorps. Je redoute un peu le cocktail car j'ai été malade il y a trois semaines après ce savoureux mélange.

Moi je veux (oui je deviens exigeante !) une chimio en début ou milieu de semaine pour ne pas ressembler à une loque le we ! Quelle idée de me faire boire le vendredi ! j'ai la gueule de bois tout le we !

(N' oubliez pas de visiter la page "photos" mise à jour régulièrement)

En savoir plus ? Clic !