Chimio 1 - Laly Corne 0

07/08/2017

J-4 avant la première chimio. Laly Corne me fait terriblement souffrir, les saignements sont très très hémorragiques (en jet quand on retire le pansement !). J' en arrive à avoir hâte d' entamer la chimio, c'est pour dire ! Le moral est bas, je pleure souvent, je ne dors pas, j' en ai marre.

24/08/2017

Je suis à la veille de ma troisième chimio. Ceux qui me suivent sur Facebook savent qu' à ma première chimio (TAXOL + Herceptin et Perjeta) le vendredi 11/08, j' ai été malade ! Non pas par cette injection  (en principe) mais par un virus qui passait par là. Pharyngite ? Gastro ? toujours est-il qu' à partir du dimanche, je me sens fiévreuse, nauséeuse, j'ai mal à la gorge. Je traîne avec un 38° / 38°3, des frissons, de la fatigue.

Dans la nuit du dimanche au lundi, je me sens vraiment mal.

- "Chéri ?... Chéri ! 

-  Grhummph

- Je crois que j'ai beaucoup de fièvre, tu peux me donner mon thermomètre qui est dans la  salle de bain ?

(Chéri se lève, va aux toilettes, se lave les mains, revient, s' assied sur le lit)

- Tu peux me rapporter mon thermomètre s' il te plait ?

(Chéri se lève, va chercher l'objet demandé, me le tend dans le noir, s' assied de nouveau)

- Tu peux allumer stp ? je ne vois rien

(Chéri se lève, se sert deux verres d' eau et s' apprête à se recoucher)

- Tu peux allumer ?

(Chéri allume la lampe au plus bas du variateur. Je n'y vois toujours pas assez)

- Je ne vois rien !

(Chéri allume enfin la lampe, je peux vérifier ma température : 39°8 !)

- Chéri, il faut que je prenne du Doliprane, j'ai énormément de fièvre...

- ZZZZzzzzZZZzzzzZZZZZZzzzzz

(si je n' étais pas si mal, j' éclaterais de rire tant la situation est drôle. Mon pauvre amour est crevé et le réveiller en pleine nuit alors qu'il dormait si bien est cruel !)

Je me lève tant bien que mal, je vais me prendre ma dose de Doliprane, Chéri dort.  Je n'ai pas envie de le réveiller à nouveau pour lui dire que j' ai chaud, j'ai froid, j'ai envie de vomir. Je m'assieds et reste de longues heures  à attendre que ça aille mieux. Hélas, au matin, je suis toujours autant fiévreuse. Je téléphone à Bergonié.  Mon chéri qui devait rejoindre sa famille pour un déjeuner reste à mes côtés, supporte mes délires fiévreux et mes "beurp". Je n'arrive même pas à rester digne auprès de lui et je me dis que pour notre premier anniversaire d'amoureux, je lui fais un vache de cadeau quand même ! 

Le labo vient me faire une prise de sang en urgence. Il faut attendre le début de l'après midi pour connaitre les résultats. Pas d' aplasie, juste une infection quelconque. Appel de SOS Médecins pour une prescription d' antibios et doliprane. Durant 48H, je dors, je vomis, j'ai des nausées, la fièvre ne baisse pas. ARGHHH ! c' est ça les "non-effets-secondaires" de la chimio ? Là, je remercie mon amoureux qui durant ces trois jours s' occupe de tout sans relâche, ma fifille Ophélie et son chéri avec Maxyne ma petite poupée qui viennent lui tenir compagnie pour qu'il décompresse un peu.

Le vendredi suivant,  j'entame ma deuxième chimio (TAXOL uniquement)  un peu inquiète. Cette fois-ci, tout se passe bien. A part la fatigue, je me sens en forme. L' excroissance de Laly Corne a largement diminué et les saignements sont bien moins importants. J' ai repris des couleurs.

J'ai acheté, sur conseil du médecin, crèmes hydratantes, lotion protectrice solaire, vernis au silicium pour protéger les ongles. Je prends soin de moi comme jamais ! je me crème, j' entretiens mes ongles quotidiennement. J' ai des bains de bouche contre les aphtes (Aïe), du mopral contre les brûlures d'estomac mais je me sens bien ! Depuis ma deuxième chimio, je suis en pleine forme morale. J'ai le sourire, je plaisante beaucoup avec les miens. Nous passons un am avec Antonin ("le petit garçon à sa maman" et sa chérie Lili à discutailler, rire). Le dimanche suivant c'est ma fille Oriane qui vient me tenir compagnie. On joue à la bataille, on se marre comme d' habitude. Mon chéri se détend, lit, se repose.

Comme je me plais à le répéter (au risque de passer pour une folle... mais ça...), je ne suis pas malade, j'ai juste un cancer ! une {parenthèse empoisonnée} qui va disparaitre bientôt.

Hier j'avais une petite consultation avec l' oncologue. Un homme charmant, profondément humain et amusant. Je ne regrette en rien mon choix de suivi à l'institut de cancérologie Bergonié. Le personnel à tous les niveaux est sympathique, accueillant. Je peux poser toutes les questions qui me taraudent. Tout est clair et bien expliqué. 

Demain, pour aborder ma troisième chimio, je suis sereine. Mes cheveux sont encore implantés sur mon crâne mais c'est peut-être ce we que la chute s' amorcera. On verra ! Ma perruque et mon bandeau sont prêts. (photos dans la rubrique "photos")

 A bientôt !

Vous souhaitez connaître la suite ?  allons-y gaiement  !