A Celui qui...

Cela fait un bout de temps que cet article me trotte dans la tête...

Seulement voilà, depuis des semaines (mois ?)  je n'ai pas le courage de me poser devant mon PC pour écrire.

Ce soir non plus je n'ai pas le courage mais je suis lancée !

Ce texte est là pour rendre hommage à Celui qui : 

-  depuis le début de la {parenthèse empoisonnée} est là (il aurait pu partir en courant !)

-  prend soin de moi, en supportant, (surtout lors de ma période chimio d' août à décembre 2017) mes sautes d' humeur, mes larmes, mes déplacements en mode aï, mes longues périodes de sommeil (même les we), ma "bipolarité alimentaire" 

  (huuuummm ! j'adore les légumes ! berk, des haricots verts... oh oui ! de la soupe ! beuuurk, je ne veux pas de soupe. Ah ! super bon la paëlla ! grrrr...  je n'ai pas envie d' en manger. J' ai envie de salé... non, de sucré... non, je n'ai pas faim... je meurs de faim ! envie de manger de la viande... non du poisson.......),

-  se plie en quatre pour me faire plaisir (balades, restos, sorties, repos adaptés à ma fatigue, mes douleurs, mes envies),

-  accepte les transformations que subit mon corps au fur et à mesure des traitements (crâne d' oeuf,  libido en baisse voire inexistante, peau de serpent,  pieds douloureux, mains sans force, regard éteint sans cils ni sourcils, poitrine barrée d'une cicatrice énorme du côté gauche...),

-  porte mon sac photo, fait les courses, la cuisine, se bat avec la housse de couette,

-  me prête son épaule pour pleurer, rire, câliner, m' endormir sereinement,

-  me rassure quand j'ai des baisses de moral, des doutes,

- me fait rire, m'apporte fantaisie, complicité et grain de folie,

La liste est longue mais vous comprendrez pourquoi je tiens à remercier celui qui est resté à mes côtés malgré les difficultés, les moments pas marrants, les passages sans courage.

Merci Alain, mon Chéri pour tant de d' amour et de dévouement ! Tu me donnes la force de me battre, l' envie de reprendre une vie "normale"...

 

Je tiens à remercier par la même occasion, mes enfants, mes petites-filles,  ma mam' à MOA (n' en déplaise à ma frangine que je remercie aussi pendant que j'y suis), ma famille, celle de mon Chéri, mes ami(e)s,  mais aussi certaines personnes qui de par leur "présence"  et attentions m'apportent un souffle d' amitié et d' encouragements. 

(je pense notamment à une personne qui chaque jour poste un petit mot sur mon mur (Facebook hein ! ce n'est pas Banksy), à celles et ceux qui prennent de mes nouvelles régulièrement par SMS, Messenger, téléphone,  me rendent visite, suivent mes activités).

Merci aussi à ceux qui m' ignorent superbement depuis l'arrivée de Laly Corne. J'ai lu quelque part que la maladie éloigne les "amis".  Quand certain.e.s  révèlent une empathie insoupçonnée, d'autres s' enferment dans un mutisme à la limite de la désobligeance. C' est difficile à admettre mais ça permet de faire le tri.

Du coup pas mal ont disparu de mes réseaux sociaux, de mon répertoire téléphonique, de ma vie (chuuutttttt ! ils ne le savent pas ! Remarquez, ils s' en fichent, ils ont déjà pris la poudre d' escampette !)

Merci aussi au personnel du B11- La Bodega qui se démène à chaque concert pour me fournir un tabouret haut, mon mirador photographique ! 

(Si j'ai oublié quelqu' un, ça va barder !)

Merci à...

Waouh ! j'ai l'impression d' être sur scène ! Je viens de recevoir le Molière de la révélation féminine pour mon rôle dans  "Éphémère Laly Corne, tragicomédie d'une {parenthèse empoisonnée}  ". Je joue le rôle d'une femme qui, alors que tout lui sourit, apprend qu' elle est atteinte d'un putain de cancer à la con du sein gauche. Elle décide alors de ne pas laisser ce crabe appelé "Laly Corne" la dévorer toute crue. Elle signe un accord avec la bestiole pour que celle-ci la laisse vivre encore de nombreuses années mais cette s........  demande en échange de lui donner un sein. En début de la nouvelle année, la femme se déleste de presque 1kg500 de mamelle en espérant que Laly Corne se contentera de ce sacrifice et lui foutra la paix à jamais. Beau film... pas de fin. Je crois que je vais tourner un tas de suites : "Laly Corne, un pas vers l' oubli",  "Ma vie rêvée sans Laly Corne", "Laly Corne, 10 ans de rémission", "Laly Corne ne reviendra plus".

 

Bref, je voulais juste remercier mon Chéri... 

(22/03/2018)