Nouvelle Vie

01/07/2019... Février, mars, avril, mai, juin, juillet à peine entamé...

Le temps file et défile (c' est bientôt le 14 juillet - on reparlera de cette date bientôt).

Aux dernières nouvelles ICI, je passais une radio + écho de l'épaule droite. C' est bien une tendinite et une bursite. Le radiologue pense que c' est ma chambre implantable qui tire sur les tissus et me conseille de la faire enlever maintenant que les injections sont passées.

Les évènements s' enchainent. Chez Sylvie, pas de place pour l' ennui ! Le 05 mars, j'ai fêté mes 58 ans, et croyez-moi, vu les circonstances, je suis très très heureuse de fêter mes anniversaires ! (encore plus qu' avant !)

En février, je vous parlais de mes problèmes oculaires. Après quelque hésitation, j'ai demandé à être opérée fin février/début mars. Les rendez-vous sont pris pour les 7 et 14 mars. La première intervention sur l' oeil gauche (anesthésie locale par gouttes dans l' oeil) s' est très bien passée et dès le retrait du pansement le lendemain matin, ma vue, à travers un bon brouillard quand même, s' est déjà améliorée !

Une semaine plus tard, me voici de nouveau dans la même salle d' op' pour l' oeil droit. Plutôt confiante de par ma première expérience, je suis détendue. Arrive une anesthésiste. Elle me pose un cathéter (au cas où), prends ma tension (plutôt bonne malgré les circonstances), s' en va, revient, me touche le bras, repart.

Soudain, c' est la valse des lampes et du décor autour de moi ! Sueurs froides et gros malaise. J' entends mon coeur qui s' emballe sur le monitoring. Une infirmière arrive, me demande si ça va. Non, ça ne va pas ! je sens mon coeur cogner si fort ! je suis en panique totale ! Gentiment, elle me parle, me propose une petite séance de relaxation. Je reprends mes esprits petit à petit.

L' anesthésiste revient, me demande si je vais bien. Je lui explique mon malaise et là elle m' apprend qu' elle a fait une petite injection pour me relaxer et qu' elle va m' en faire une autre, là maintenant, juste avant l' intervention ! (jurons intérieurs que j' évite de verbaliser).

"- il est hors de question que vous m' injectiez quoique ce soit ! j' étais bien ! je ne supporte pas ces produits qui me rendent malade !

- Non, je dois vous faire cette injection.

- J' ai dit non ! je n' en ai pas eu la semaine dernière et tout s' est très bien passé ! JE NE VEUX AUCUNE INJECTION ! même durant l' intervention !

- Bien, comme vous voudrez"

Me voici de nouveau sous les doigts experts de la chirurgienne. Cette fois, l' intervention prend un peu plus de temps, l' implant s' est retourné. Après quelques minutes supplémentaires sur la table, me voici dotée de deux yeux tout neufs.

Début de soirée, à la maison. Mon oeil me fait très très mal, larmoie, noyant le joli pansement. Je retire le tout, essuie mes larmes, téléphone à la clinique et prend la dose de doliprane conseillée par le service. Mon oeil reste rouge et douloureux durant plusieurs jours.

Le 21 mars (une semaine plus tard si vous n' avez pas tout suivi), ma fille Oriane est à la maternité pour un scanner de contrôle de son bassin en vue de l' accouchement prévu le 10 avril. C' est son premier enfant. Bébé est en siège. J' attends impatiemment des nouvelles. J' envoie plusieurs messages à ma fifille mais ils restent sans réponse. Vers 19h enfin, alors que je rentre chez moi (à pieds), coup de téléphone. J' apprends la naissance de mon petit-fils quelques heures plus tôt, par césarienne ! Le travail avait en fait commencé mais bébé était trop gros pour risquer un accouchement par voie basse. Me voilà transformée en fontaine au milieu du trottoir, émue, ravie, touchée d' être une nouvelle fois mamie.

Le lendemain, j'ai pu voir mon petit Malone. En sortant de la maternité, je ressens une gêne au niveau de l' oeil droit avec une jolie forme noire flottant dans mon champ de vision. Non seulement ça me gêne, mais en plus ça s' aggrave au fil du temps. Le jour suivant, j'ai un voile gris avec un milliard de minuscules points noirs devant mon oeil. Un rideau sale avec Squeletor en prime qui se balade dans le coin... (Squeletor, c' est le nom de la forme bizarroïde apparue la veille).

Après un we d' angoisse en ayant lu tout ce que je pouvais trouver sur Google (sans trouver un seul truc réconfortant bien entendu), je retourne voir l' ophtalmo/chir' qui constate que j' ai un décollement du vitré. Je ne vais pas entrer dans les détails, le mieux est de vous documenter si ça vous intéresse ! J' apprends que c' est réversible mais que ça peut être très long ! (aujourd' hui 1er juillet, Squeletor se promène toujours devant mon oeil même s' il est plus clair et mince qu' avant).

Ensuite plusieurs concerts/évènements/sorties/rdv s' enchainent. Je vous invite à découvrir mes photos sur ma page View by Vie - La photographe assise si vous le souhaitez.

Le 04 avril, je rencontre mon oncologue. Tout va bien, je suis en pleine forme.

Il prend note de mes désirs de reconstruction mammaire et prend RDV avec la coupeuse de tétons afin que je puisse en discuter avec elle. Il me dit que retirer mon sein droit n' empêchera pas une récidive car ce p... de cancer peut se loger n'importe où ailleurs (super rassurant !). Il note aussi que je souhaite l' ablation de ma chambre implantable avant le 22 mai, date à laquelle nous nous envolerons pour le Canada. Le service de Chir' me rappellera pour fixer un RDV.

Le 05 avril, c' est l'anniversaire de mon Chéri. Nous allons voir Charlélie Couture en concert et celui-ci souhaite un joyeux anniversaire à Alain depuis la scène (je lui avais écrit un petit mot via Facebook quelques heures avant le concert). Très belle rencontre ! Le jour suivant, au resto avec sa famille, nous lui offrons son cadeau : un billet pour le Canada à Noël ! Canneberge sur le cupcake, je fais partie du voyage !!! merci à sa maman et ses frères pour ce magnifique cadeau !

Dans la semaine du 8 avril, je me tape une méga angine/grippe qui me fiche bien à plat ! Je n'ai toujours pas repris la balnéo et j'avoue que ça me manque depuis le mois de mars.

Le mois d' avril passe vite. Je n'ai toujours pas de nouvelles pour l' ablation de mon PAC. Je téléphone à Bergonié mais rien. Je dois patienter.

Arrive le joli mois de mai. Le 3,  je vais réaliser un changement de look radical. J' en ai marre de ces cheveux grisonnants qui deviennent ternes, rêches et me donnent dix ans de plus. En repoussant, mes cheveux foncent au lieu de blanchir ! Je vais donc devenir... blonde ! Changement réussi ! Tout le monde me complimente, je me sens mieux. D' autant que... ah oui c' est vrai, vous n' êtes pas au courant de tout. Je vous en parlerai tout à l' heure.

Le 4 mai au soir, tard, je reçois un appel de Lili, la chérie de mon fils. Avec une petite voix, elle m'annonce qu' elle n'a pas une très bonne nouvelle à m'apprendre. Immédiatement je pense à mon fils, en quelques secondes je le vois gravement blessé, mort, dans le coma (rayez la mention inutile). Antonin a eu un accident de moto en rentrant du boulot, il est aux urgences et elle n'a aucune autre nouvelle. Je sais juste qu' il était conscient (ce qui me rassure un peu). Enfin vers deux heures du mat', nous apprenons qu' il a été opéré de la jambe : fracture du fémur ! il s' en sort plutôt bien.

Le 6 mai, jour anniversaire de ma fille Oriane, ma petite Mam' rentre en clinique pour être opérée de la hanche. Une jolie prothèse devrait lui permettre de remarcher sans douleurs ! tout s' est bien déroulé et je la retrouve l' après-midi dans sa chambre plutôt en bonne forme. Me voilà avec deux boîteux en béquille. Mam' et Anto. Ils vont pouvoir faire la course ! (heureusement ils ne sont pas dans le même hosto).

Bond dans le temps. Les éclopés se remettent doucement. Nous sommes le 20 mai, j' ai rdv à Bergonié avec ma chirurgienne. Elle constate que tout va bien malgré les adhérences de ma cicatrice et me donne un RDV avec un chirurgien plasticien le 5 août pour discuter de ma reconstruction et réduction de mon sein sain en octobre. Je n'ai pas eu de RDV pour l' ablation du PAC. Nous partons le lendemain pour Montréal. 

17 jours de détente totale, d' endroits magnifiques, de découvertes diverses et de l'émotion en retournant voir les baleines. Il y a deux ans, c' est là que l' aventure de Laly Corne a commencé. J' ai revu le crochet, je l'ai remercié... sans lui, je ne serais peut-être plus en Vie...

Retour le 8 juin sur le sol français. Je peux enfin reprendre la balnéo (le pied !)et bonne nouvelle, l' ablation de mon PAC est prévu pour le 28 juin. Durant des jours, je ne dors plus tellement je suis stressée ! (bah oui ! l' effet Bergonié est toujours là et l' idée de passer une fois de plus sur le billard m' amuse moyennement même si je sais que mon épaule ne me fera plus mal -en principe- après cette intervention).

Voilà, nous y sommes. Je me transforme en Schtroumpfette avant de me rendre au bloc. Le bâtiment chirurgie de Bergonié est tout neuf ! c' est beau et accueillant. L' intervention se passe très bien et je repars avec mon Chéri dans la soirée pour fêter ça !

Mon épaule, effectivement, va mieux. Je récupère doucement. Je reprendrai la rééducation en balnéo en août car je suis interdite de baignade durant 15 jours ce qui nous mène à nos prochaines vacances ! En attendant, je fais quelques exercices chaque matin et soir avec mon élastique de muscu.

Une page se tourne... une nouvelle Vie commence... D' autant que... Bon cette fois il est temps de vous raconter ce qui a aussi changé dans ma vie ! 

C' est parti !  je vous raconte tout ici !